CANCEL
Cancel Culture

Le Nobel, le nouveau Sida et la Charte de Munich

Les journalistes, trahissant la Charte de Munich, ont largement diffamé le Prix Nobel. Le professeur avait-il vu juste ? Le virus aurait-il été créé par l'Homme et le remède imposé sera-t-il pire que le mal ? Le grand scientifique nous laisse seuls avec nos questions mais l'avenir montrera qu'il avait raison, car il a eu le Nobel, tout de même...

Ils vous ont désinformés sur ce qu’il a fait de son vivant : ils n’allaient tout de même pas vous informer honnêtement de sa mort. Ce sont quelques blogs et un tweet amical qui ont salué le départ de Luc Montagnier, le célèbre découvreur du Sida. Pris d’une crise de « honte au logis », les médias ont du se fendre d’une « vérification » trois jours après le décès : quelques français s’étaient plaints d’une odeur de cadavre. Tourné en ridicule, le vieil homme nous avait pourtant avertis : conçu par l’homme, le covid s’éteindra tout seul mais le vaccin pourrait bien être un nouveau Sida. De quoi le faire haïr par big pharma et big media

Un talent mondialement reconnu

Si en 2008, ses travaux sur la découverte du virus du sida en 1983, ont été récompensés (avec le Pr. Françoise Barré-Sinoussi) par le prix Nobel de médecine, Luc Montagnier, fut également titulaire de nombreux autres prix et distinctions, qu’on a tendance à rayer d’un trait de plume pour le discréditer : Médaille d’argent du CNRS, prix Rosen (1971), prix Gallien (1985), prix Korber (1986), prix Jeantet (1986), prix Lasker de médecine (1986), Commandeur de l’Ordre national du mérite (1986), Gairdner Prize (1987), Santé Prize (1987), Japan Prize (1988), prix Roi Faisal (1993), Amsterdam Foundation Prize (1994), Warren Alpert Prize (1998), Prince of Asturias prize (2000), introduit au National Invention Hall of Fame (2004), Grand Officier de la Légion d’honneur (2009).

Un hommage de ses collègues résistants

Il l’avait dit : à ces médias qui le détestaient depuis qu’il aurait évincé un des co-découvreurs du Sida, le professeur Montagnier ne voulait pas qu’on transmette la nouvelle de sa mort. C’est au journal phare de la nouvelle résistance, France-Soir (repaire de « faux journalistes » selon la Pravda), qu’il réservera la primeur de sa nécrologie, si j’ose dire. C’est que le journal en ligne l’a soutenu contre vents et marées, lui et Perronne, Fouché, Fourtillan, Raoult et les autres.

C’est le Professeur Raoult, figure de la résistance au narratif covidien, qui a salué le premier le décès du français, suivi de près par le sociologue Edgar Morin. Sans oublier le mathématicien, ami et complice du prix Nobel, Jean-Claude Perez.

Les maudits de la science officielle

Malheur à celui qui s’éloigne de la doctrine officielle, financée par les grands intérêts pharmaceutiques et soutenue par les politiques publiques « de santé ». L’Histoire est émaillée de ces exemples qui font que l’on doit douter de la doxa pour faire des découvertes majeures. Comme le docteur Beljanski, le travail de recherche de Luc Montagnier fut l’objet de caricatures grossières. Refusant de se soumettre au diktat de son chef Jacques Monod, Beljanski explora de nouvelles voies dans la recherche sur le cancer. Il offrira quelques années supplémentaires de vie à un François Mitterrand mourant.

On ridiculise Montagnier, sa papaye et son « stress oxydant » pour guérir la maladie de Parkinson. Pour la meute journalistique, le seul anti-oxydant qui ait droit de cité, c’est Ben Laden… Mais on oublie de dire que son remède fut adopté par le Pape Jean-Paul II, avec un certain succès. Il est toujours plus facile de diaboliser que de réfléchir, n’est-ce pas ?

Pourquoi les journalistes n’investiguent-ils pas ?

La crise que nous vivons permet à quelques sociétés d’engranger des profits titanesques. Le classement Forbes 2021 montre que la fortune des milliardaires, à quelques rares exceptions près, a fait un bond de 20 à 50% depuis 2020. Le milieu pharmaceutique a vu l’émergence de 9 nouveaux milliardaires pendant le covid. L’augmentation des taxes sur les produits pétroliers a permis au géant Total de faire 14 milliards d’euros de bénéfice supplémentaire cette année, en se servant directement dans le portefeuille des français exsangues.

Complaisants avec les uns, accusant les autres de plagiat quand ils veulent les abattre, les médias brillent par leur suivisme et leur unanimisme. Financés par le Qatar, l’argent public, les milliardaires américains et les subsides de quelques benêts abonnés pas désintéressés (on se demande bien pourquoi ils paient : on lit partout les mêmes informations paraphrasées), ils n’investiguent plus. Pourquoi ? Parce que l’argent les tient. Parce que la peur de l’éviction sociale prédomine. Parce que le courage a quitté les rangs des journalistes, qui fabriquent « l’esprit du temps », comme disait Soljenitsyne.

Sida et vaccin anti-covid

« Ce n’est pas par hasard », précise le professeur Raoult dans son entretien sur Sud-Radio, « que Luc Montagnier a découvert le virus du Sida ». C’est en faisant de la science, en s’affranchissant du dogme officiel qu’il a pu faire les découvertes qui ont fait avancer l’humanité. Il en est allé de même pour le covid : c’est Montagnier qui, le premier, avec son ami Jean-Claude Pérez, a émis des doutes sur le virus et sur le vaccin. Le virus fut créé en laboratoire, a confirmé le Dr Steven Quay en suivant leurs intuitions.

Si les journalistes avaient du courage, ils se pencheraient sur les faits, qui sont têtus. Le vaccin rendrait-il les vaccinés plus vulnérables, soumis à une « immuno déficience acquise »? Qui met bout à bout ces éléments troublants ? L’Australie rappelant des doses provoquant des « faux positifs » au… Sida ! La Grande-Bretagne incitant massivement ses concitoyens à faire le test du… Sida. Les Pays-Bas découvrant subitement un nouveau variant du… Sida. La France offrant par coïncidence le test du… Sida au moment où l’on injecte massivement une thérapie génique ? Les signataires de la Charte de Munich secouent la tête et nient tout en bloc ! Circulez, y a rien à voir – sinon vous finirez comme ce charter de spécialistes : à défaut de kangourous, ce sont les pissenlits ukrainiens que vous visiterez. Par la racine !

Les vaccinés, des sidéens en puissance ?

Alors, puisqu’il est mort et qu’on ne peut plus rien lui faire, écoutons une dernière fois le vieux « fou » qui nous avait tout prédit : on avale naïvement la thèse de la transmission d’une chauve-souris à un pangolin, puis à un homme, sans s’inquiéter que dans cette même ville de Wuhan se trouve un des rares labos P4 de la planète. Une arme biologique a peut-être été lancée sur l’Humanité, suggérait le professeur Montagnier au micro de Sud-Radio. Et le vaccin proposé pourrait être pire que le mal et causer une forme nouvelle de Sida. Oui, je sais, c’est un canular. Comme tout ce qu’a affirmé le défunt Prix Nobel, bien sûr.

Ecoutons-le à Milan en avril dernier, lisons son « Histoire du covid » qui rend la gloire au Créateur (même si le professeur était agnostique) et enfin, considérons son analyse, donnée en Italie encore, le 14 août 2021 :

« Nous sommes dans une dictature sanitaire, plus dans une démocratie. Nous voyons se réaliser un programme horrible, préparé depuis longtemps, éclatant au moment voulu, et visant surtout les pays riches. C’est la principale raison pour laquelle ils ne promeuvent qu’une seule solution, celle des vaccins. Ces vaccins ne sont pas de vrais vaccins, mais un assemblage compliqué de biologie moléculaire qui peut être un poison. C’est donc une horreur de forcer des gens, maintenant des enfants, à être inoculés avec cette préparation moléculaire. Je réitère mon appel aux médecins pour qu’ils prescrivent les traitements disponibles et efficaces. Le Green Pass ? Il n’est pas utile pour la santé publique. Le Green Pass est une affaire de marketing. Je veux le répéter clairement : ces vaccins sont inutiles, dangereux et inefficaces. Contrairement à ce que l’on nous a dit, ces vaccins n’empêchent pas du tout la propagation du virus ». 

« C’est un crime de vacciner les enfants, car même s’ils ne souffrent pas d’effets négatifs maintenant, il peut y avoir des effets à long terme au-delà de ce que nous voyons maintenant. Des effets à long terme que nous ne connaissons pas encore. Et c’est un crime d’autant plus qu’il existe des méthodes alternatives pour traiter cette infection, qui sont également moins coûteuses que les vaccins et qui nous permettraient de nous débarrasser de cette maladie. Mais dans les médias, il n’est pas question d’alternatives, d’autres types de vaccins ou de remèdes. Et si quelqu’un signale les effets négatifs, cette personne est éliminée, nous vivons donc dans une authentique réalité de mensonges. C’est pourquoi il faut condamner le marketing des grands laboratoires pharmaceutiques, des médecins et des scientifiques, et surtout des gouvernements. D’un autre côté, on voit que les mêmes mesures dont vous parlez en Italie sont en place en France, en Angleterre et aussi ailleurs, donc elles sont concertées. C’est pourquoi nous devons répondre de manière concertée à ce groupe au pouvoir. Ils nous traitent de complotistes ? Non : ce sont eux qui complotent ! »

Journaliste citoyen, chrétien, mari et père de 6 enfants, Nicolas aime l'investigation. Il est votre "Serviteur en Chef" sur RebootInfo.net.

La lettre du lundi

Recevez chaque lundi par e-mail un résumé de nos publications.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Et toi, tu en penses quoi ?

Exprimez-vous

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Sur le même sujet